Houria Bouteldja et les contes des milles et une nuits

Cet article est un peu particulier car Houria Bouteldja n'a pas de casier judiciaire et n'a pas encore à son actif de nombreuses citations. Cependant elle représente toute une frange "d'intervenants" qui se complaisent dans leurs propres pensées en s'éloignant toujours un peu plus du réel. Cet article sera donc l'occasion de faire de brèves allusions à des personnes ou des associations qui bénéficieront peut être plus tard d'un article à part entière. 

Houria Bouteldja participe en 2003 à la fondation du collectif féministe les Blédardes, en réaction au collectif Ni putes ni Soumises. Au sein d'un autre collectif, Une école pour tous et toutes, elle s'oppose à la loi sur les signes religieux à l'école, considérant l'interdiction du port du voile comme une pratique « néocoloniale », voire comme une nouvelle « Affaire Dreyfus ».

Elle est à l'initiative de l'Appel des Indigènes de la République paru en janvier 2005et est porte-parole du mouvement des Indigènes de la République où elle poursuit son action contre ce qu’elle nomme le « continuum colonial » qui serait une persistance, plus ou moins inconsciente, d'une ségrégation spécifique, conséquence de l'« ordre colonial ancien ».

Les Indigènes de la république

Le travail de porte-parole des Indigènes de la République constitue l'une des principales attributions de Houria Boutledja.  A ce titre, la brève parenthèse sur les grandes lignes du mouvement ci-dessous permet de mieux cerner Bouteldja.

Sur la page "Que voulons-nous?" du site des indigènes de la république il est écrit;   "Le Mouvement des indigènes de la république (MIR) est né à la suite de la publication, en janvier 2005, de l’« Appel des indigènes de la république ». Il constitue un espace d’organisation autonome de tous ceux qui veulent s’engager dans le combat contre les inégalités raciales qui cantonnent les Noirs, les Arabes et les musulmans à un statut analogue à celui des indigènes dans les anciennes colonies : marginalisation politique, stigmatisation de nos cultures et religions (notamment dans les médias), brutalités policières au faciès, discriminations à l’emploi, au logement, à l’école, répression de l’immigration et des habitants des quartiers, etc. Plus généralement, le MIR lutte contre toutes les formes de domination impériale, coloniale et sioniste qui fondent la suprématie blanche à l’échelle internationale."

La notion de sionisme est complexe et ne peut être assimilée au judaïsme. Cependant puisque cette idéologie est assez importante pour figurer parmi les cibles principales des Indigènes, en voici quelques définitions:
  • Sionisme (définition du Larousse): Mouvement dont l'objet fut la constitution, en Palestine, d'un État juif.
  • Le sionisme (définition de wikipédia) est une idéologie politique nationaliste prônant l'existence d'un centre spirituel, territorial ou étatique peuplé par les Juifs, en général en Palestine. Sur un plan idéologique et institutionnel, le sionisme entend œuvrer à redonner aux Juifs un statut perdu depuis l'Antiquité, à savoir celui d'un peuple regroupé au sein d'un même État.
  • Pour plus d'information sur la notion de sionisme ce site en offre une perspective assez large. Voici la définition qui y est proposé:
  • Le sionisme est le mouvement national de renaissance des juifs. Il soutient que les juifs sont un peuple et ont donc le droit à leur auto-détermination dans leur propre foyer national. Il vise à fixer et à soutenir un foyer national légalement reconnu pour les juifs dans leur patrie d’origine et à lancer et stimuler une renaissance de la vie, de la culture et de la langue nationale juive. 
Houria Boutldja se fait connaître du grand public français par sa dénonciation de l'islamophobie dont seraient victimes les Français de confession musulmane issus de l'immigration d'Afrique.

En 2006, dans un pamphlet intitulé « Les habits neufs du Doriotisme », elle dénonce ce qu'elle considère comme les « inclinaisons nationales populistes d'un certain nombre d’acteurs de la gauche française », notamment au sein de la rédaction de Charlie Hebdo.

Lors de la nomination en juin 2007 de Fadela Amara, présidente de l'association Ni putes ni soumises, au secrétariat d'État à la Politique de la Ville, elle déclare qu'il s'agit d'une « promotion à l'islamophobie et au racisme ».

À l'occasion de la Marche des Indigènes de la République du 8 mai 2008, interrogée sur la présence de pancartes à l'effigie du fondateur du Hamas Cheikh Ahmed Yassine, elle répond :

« Le cheikh Yassine est un anticolonialiste qui a lutté contre le colonialisme israélien. Tous les anticolonialistes sont les bienvenus. »
Or le hamas est placé sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada, des Etats-Unis d'Amérique et de l'Union Européenne.

Lors de l'émission de Ce soir (ou jamais !), elle déclare, parlant du Hamas et du Hezbollah :

« Le Hamas et le Hezbollah sont des mouvements de résistance qui résistent... j'affirme haut et fort que ces deux mouvements sont des mouvements de résistance ; c'est clair, net et précis. »

Je conseille vivement d'écouter la réponse qu'Alain Finkielkraut fait à cette affirmation en se basant sur des faits comme l'attentat du Hezbollah contre la communauté juive en Argentine en 1994.

 

Le 8 Janvier 2015, Jeannette Bougrab témoigne sur BFM TV suite à l'assasinat du dessinateur Charb dont elle était le compagnon. Elle dit alors : "Je pense qu'il y a une responsabilité." Elle évoque notamment "certains mouvements de gauche", "les indigènes de la République sont coupables". "Quand, sans arrêt, on vous dit : Vous stigmatisez l'islam... Mais, aujourd'hui, qui est mort ? Il n'y a pas d'imam qui est mort. Ce sont eux, des combattants pour la liberté." 

Jeanette Bougrab souligne ici l'influence supposée de mouvements tels que les indigènes de la République sur les frères Kouachi, des musulmans intégristes qui tueront le 7 Janvier 2015 douze personnes au sein de la rédaction de Charlie Hebdo.

Commentaires (2)

Momo
  • 1. Momo | 21/12/2014
Pignouf
Andro
  • 2. Andro | 06/04/2015
c est bien Houria moi je suis Islandais et nous sommes parmis les rares Occidentaux a n avoir fait de tort a personne.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×