Marine Le Pen, rupture ou continuité?

Le changement

Marine Le Pen n’est pas Jean Marie Le Pen. Il n’y a que la LICRA pour ne pas le voir

Elle ne « pose pas de question » quant à la réalité historique des camps de concentration comme l’a fait son père; comme en témoigne cette citation faite au Point le 2 février 2012 : «Je n'ai pas à faire de travail de mémoire. Tout le monde sait ce qui s'est passé dans les camps et dans quelles conditions. Ce qui s'y est passé est le summum de la barbarie. Et, croyez-moi, cette barbarie, je l'ai bien en mémoire»

Marine Le Pen n’a jamais été condamnée par la justice pour des propos racistes contrairement à son père.

Examinons donc les condamnations en justice de Madame Le Pen et les affaires qui portent la suspicion quant à une pensée qui resterait raciste, malgré un clivage avec Jean-Marie Le Pen.

http://www.programme-presidentiel.com/wp-content/uploads/2012/02/marine-le-pen3.jpg

Condamnation en justice 

En octobre 2008, Louis Aliot, secrétaire général du FN, avait accusé Christian Baeckeroot, un ancien cadre du FN, d'avoir traité Roger Holeindre de « merde », d'« ordure » et de « salopard ». Marine Le Pen ayant repris ces accusations dans une lettre ouverte à Carl Lang, Christian Baeckeroot porte plainte pour diffamation contre Marine Le Pen et Louis Aliot, qui sont condamnés à 1 500 € d'amende avec sursis et à verser solidairement 1 000 € au plaignant au titre des dommages et intérêts, et 500 € chacun au titre de l'article 475-1 du Code de procédure pénale. Leur peine est aggravée en appel en janvier 2011 et les dommages et intérêts passent notamment à 5 000 €.

Les fréquentations et amis 

" En mai 2008, ce dernier avait invité Marine Le Pen à son bar Le Local à l’occasion d’une French Pride qu’il y organisait. En septembre 2010, Serge Ayoub et Marine Le Pen dînèrent ensemble. […] Serge Ayoub fut, à travers la création des JNR – Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, d’inspiration nationaliste-révolutionnaire* -, un leader skinhead dans les années 80 et 90. En sus de son néonazisme (lecteur de Goebbels, haine du métissage qualifié d’ « erreur génétique », revendication du mythe du surhomme,…), il était réputé pour son ultra-violence, comme en témoigne son surnom de « Batskin », en référence à son amour du maniement de la batte de base-ball pour frapper ses adversaires. Il sera en outre condamné, ainsi que plusieurs membres des JNR, pour violences raciales. "

  • Frédéric Chatillon (extrait du Monde):

[…]Frédéric Chatillon, son communicant, ancien employé d’une librairie négationniste, admirateur de Mussolini, fervent soutien de Bachar El-Assad qu’il estime injustement déstabilisé par le "lobby sioniste" qui serait à l’origine des manifestations populaires en cours contre son régime !

  • Emmanuel Leroy (extrait du Monde):

Emmanuel Leroy, qui participe activement à la rédaction de ses discours, et qui, pas plus tard qu’en 2007, se rendit au White Forum à Moscou, forum qui réunissait des pro-Aryens, des néo-nazis ainsi que David Duke, un ancien chef du Ku Klux Klan.

Les Citations

"Je pense qu'il ne faut pas qu'il y ait de minarets (en France)." sur I Télé

L'immigration en France "est volontairement accélérée dans un processus fou dont on se demande s'il n'a pas pour objectif le remplacement pur et simple de la population française"  Reuters/JACKY NAEGELEN

"Maintenant, il y a dix ou quinze endroits où, de manière régulière, un certain nombre de personnes viennent pour accaparer les territoires. C'est une occupation de pans du territoire, des quartiers dans lesquels la loi religieuse s'applique, c'est une occupation. Certes y a pas de blindés, y a pas de soldats, mais c'est une occupation tout de même" à propos des musulmans en France. Le Monde.

Enfin, le Nouvel Observateur écrit:

"Tentative dont la grossièreté ne pouvait être ignorée à l’issue de son premier meeting de campagne à Metz, le 11 décembre 2011. À cette occasion, elle fit en effet siffler les noms de Georges-Marc Benamou et de Bernard Henri-Lévy, sur la foi d’un article de 1985 qui lui permit de les ranger dans la catégorie des ennemis de la Patrie. La thématique du juif ennemi de l’intérieur faisait bondir journalistes, politiques et intellectuels lorsque son père l’activait. Avec Marine Le Pen, comme en un long aveuglement volontaire, l’évènement fut rarement relevé et, à ma connaissance, pas une seule fois décrypté."

Le bal d'Olympia

Vous trouverez ci-dessous des extraits d'un article du Nouvel observateur à propos de ce bal autrichien auquel Marine Le Pen a participé :

Que cela soit un hasard de calendrier ou une provocation comme l’extrême droite les adore, les faits sont cruels : le 27 janvier 2012, à quelques semaines d’une élection présidentielle où elle avait pour ambition de se présenter comme intacte de tout soupçon d’antisémitisme, elle virevoltait à Vienne dans un bal organisé par les nostalgiques du IIIème Reich, et plus précisément par Olympia (1.), une corporation d’extrême droite qui a la sympathique particularité d’être fermée aux juifs et aux femmes.

A titre d’illustration, Olympia organisa en 2005 une conférence autour du négationniste britannique David Irving (qui déclarait dans les années 1990 qu’Adolf Hitler était le plus grand ami des juifs puisque, grâce à lui, ces derniers avaient désormais un État : Israël). En outre, pour une illustration tout aussi sympathique, la structure qui coiffe l’ensemble des corporations d’extrême-droite – dont Olympia – proposa en 1987 que le prix Nobel de la Paix fut décerné à Rudolf Hess. Ce dernier, qui venait de décéder dans sa prison en Allemagne, était un des principaux dignitaires du IIIème Reich et un des principaux rédacteurs des lois raciales de Nüremberg.

Ce bal est également immonde par les invités européens qui le fréquentent année après année : des membres du Jobbik (2.), du Vlaams Belang, d’Ataka(3.), etc.

Il est en outre immonde par les personnes qui invitèrent Marine Le Pen à y participer : Martin Graf et Heinz-Christian Strache. Martin Graf est membre du parti d’extrême-droite FPÖ et vice-président du Parlement autrichien. Ses accointances avec les milieux néonazis ne pouvaient être ignorés de Marine Le Pen. En effet, Martin Graf est membre de la corporation Olympia qu’il refusa de quitter malgré le scandale que cette affiliation provoqua en Autriche. Quant à Heinz-Christian Strache, leader du FPÖ, il rendait un hommage appuyé début janvier à Otto Scrinzi qui venait de décéder. Homme politique d’extrême-droite, ancien élu et dirigeant du FPÖ, Scrinzi fut membre du parti national-socialiste et des SA et, durant la guerre, assistant à l’Institut de biologie génétique et raciale à l’université d’Innsbrück.

 

1. La corporation Olympia : Fermée aux juifs et aux femmes, cette corporation est, selon le centre autrichien d'archives et de documentation sur la résistance (DÖW), une organisation néonazie, pangermaniste, antisémite et négationniste, dont on comprendra qu’elle n’invite guère de juifs à son bal.

2. Jobbik : Parti hongrois violemment antisémite et anti-roms. Entre autres sorties des membres de ce parti, Kristina Morvai, députée européenne du Jobbik, déclara en juin 2009 que les "soi-disant juifs hongrois fiers devraient retourner jouer avec leur petite queue circoncise". A l’automne 2011, les milices fascistes de ce parti terrorisèrent les populations roms en organisant des manifestations dans de nombreuses villes du pays.

3. Ataka : Ce parti bulgare extrémiste organisa des manifestations en septembre 2011 aux cris de "Transformez les roms en savon !"

La photo avec deux néo-nazis lyonais

Le texte ci dessous est un extrait d'un article de l'Express datant de 2006:

"  Signe de leurs idées politiques extrêmes, leur tenue. L'un (des deux néo nazis sur la photo ci-dessous ndlr) arbore un tee-shirt Lonsdape, détournement de la marque Lonsdale. Le changement d'une lettre permet une référence au NSDAP, soit le parti national-socialiste des travailleurs allemands, la formation d'Adolf Hitler.  

Quant à l'autre protagoniste, il arbore, sur son tee-shirt, un croix gammée masquée par une tête de mort. Le blogueur signale qu'il s'agit d'une Totenkopf, "symbole des gardiens SS des camps de concentration et d'extermination durant la seconde guerre mondiale".

 

marine-skin.jpg

  

Interrogée par LesInrocks.com, Marine Le Pen prend ses distances avec ce cliché, en avançant deux arguments. 1) Le FN "serait victime de 'l'entrisme de l'Oeuvre française', une organisation d'extrême droite pétainiste qui, selon elle, tenterait de déstabiliser le FN en le pénétrant de l'intérieur."  2) "Depuis trois ou quatre ans, j'ai dû me faire photographier 10 000 fois, et encore, je suis sûrement en dessous de la réalité. Alors c'est sûr, si le type arrive avec une croix gammée sur le Front, je vais le voir. Mais ces types là sont des pervers", assure la présidente du FN aux Inrocks.  " 

Pour plus d'informations concernant la pensée de Marine Le Pen, je vous invite à consulter son site web ou le site web du front national ou pour un commentaire certes subjectif le livre de Caroline Fourest, Marine Le Pen. Si vous avez des éléments à ajouter ou des critiques à formuler, n'hésitez pas à laisser un commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.